Sélectionner une page

Photographie

Ils ont exposé chez nous

Aurore Morillon

« Les images sont assez claires dans ma tête pour ne pas les déclencher. Refuser de réaliser, puisque l’autre réalité satisfait tout aussi bien. Le rêve, le fantasme, la matière noire, le non-tactile, le frisson du cœur. La communication épuise. Ce que j’exprime ne veut rien dire. Le corps, le corps, toujours encore. Sentir par lui, s’émouvoir en lui, emmagasiner avec lui, lui partout, action, pensée, émotion, langage, réflexion, partout, toujours, je suis matière. On décompose, on uniforme, on théorise, on comparution, on divulgue, on somatise, on médicament, on crie et on côtoie, on boue et on maladroit, on transparente plutôt qu’on floute, on maquille, on apitoie, on caresse, on prend sur soi, on étanche et on culbute, on hématome. »